Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Présentation Partenaires

Partenaires

Irstea (ex Cemagref)

Irstea, organisme public de recherche finalisé au service des sciences et technologies pour l'environnement labellisé Carnot, est représenté dans ce projet par ses Unités de Recherche TSCF "Technologies et Systèmes d'Information pour les Agro systèmes" basée à Clermont-Ferrand et TSAN "Technologies pour la Sécurité et les Performances des Agroéquipements" d'Antony toutes deux travaillant en collaboration au sein du Département "Ecotechnologies".

Les actions de l'équipe TEAM au sein de TSCF portent principalement sur le développement d'équipements mécatroniques et robotiques. Ses compétences en termes de modélisation, systèmes de perception et de contrôle embarqués se nourrissent de nombreux projets de recherche. On citera par exemple la coordination du projet ANR FAST (2008-2011) qui vise à concevoir une plate-forme robotique autonome capable d'évoluer à haute vitesse (10 m/s) dans un milieu naturel irrégulier tout en assurant son intégrité physique (évitement d'obstacles, stabilité dynamique) ou encore les travaux soutenus par la CCMSA (2006-2009) sur le développement d'un système actif anti-renversement (reposant sur des capteurs bas coût et modèles de comportement prédictifs) adapté aux engins légers de type quads. Une journée de restitution a été organisée en décembre 2009 réunissant prés de 70 personnes dont une vingtaine de représentants du monde industriel. (http://www.irstea.fr/tscf)

L'équipe   « Santé et sécurité des utilisateurs d’agroéquipements » de TSAN est pour sa part impliquée depuis de nombreuses années sur la thématique sécurité par ses activités d'essais, d'expertises et de normalisation. Ses thématiques de recherche portent sur l'intégration du comportement des opérateurs en phase de conception et d'utilisation des matériels agricoles. L'équipe assure notamment la coordination d'un programme de recherche et de développement avec la CCMSA (2009-2012) portant sur des études et travaux de recherche visant à l'amélioration de la sécurité des utilisateurs d'agroéquipements. Elle a également participé à l'élaboration de codes de calcul pour le dimensionnement des Structures de Protections Contre le Renversement afin d'équiper les tracteurs non pourvus présents sur le parc actuel des agriculteurs (http://www.irstea.fr/tsan).

Le projet ActiSurTT ici présenté concrétise l’engagement d’Irstea aux côtés du Ministère de l'Agriculture et de la CCMSA pour répondre aux ambitions de l’objectif 1.1 du Plan Santé au Travail

Lire la suite: http://www.cemagref.fr

LSIS.

Le LSIS (UMR 6168) a été créé en 2002 en regroupant plusieurs équipes de recherche. Il est commun aux trois universités marseillaises (U1, U2, U3), l’Université de Sud Toulon Var, l’ENSAM d’Aix-en-Provence et au CNRS. Il fédère actuellement plus de 195 chercheurs, enseignants chercheurs et doctorants (de la section 07 du CNRS et des sections 27 et 61 du CNU). Ces activités de recherche recouvrent plusieurs domaines de l’informatique, de l’automatique et de l’image. Le LSIS est impliqué dans plusieurs pôles de compétitivité (pôle Mer, pôle Solutions Communicantes Sécurisées SCS, pôle Risques, pôle Eurobiomed et le pôle OPTITEC) et rattaché à deux instituts Carnot : l’Institut Carnot ARTS et l’institut STAR (http://www.ic-arts.eu/ et http://www.instituts-carnot.eu/?q=node/56/). La vocation générale du LSIS est de développer des recherches fondamentales et théoriques en informatique, automatique et image. Ainsi, les activités de recherche du LSIS vont  de la modélisation à la surveillance des systèmes, de l’information aux systèmes, de la technologie aux usages.

En particulier, l'équipe-projet SASV (Systèmes automatisés à structure variable), impliquée dans ActiSurTT est composée de 9 personnes et a pour objectif le contrôle et la maitrise de systèmes complexes, à structures variables intégrés dans un environnement non complètement maitrisé. Ainsi, elle vise à développer des outils de modélisation et d’observation robustes sur lesquels un diagnostic sûr peut être réalisé afin de connaitre en temps réel la situation et permettre un bon contrôle du système, intégrant ses interactions avec l’environnement. La recherche et l’application de l’automatique dans les domaines de l’automobile, de la robotique, ou pour l’énergie et le développement durable fait l’objet d’une attention particulière, surtout pour les aspects sécurité, confort des usagers, économie d’énergie et aide au pilotage. L’augmentation des exigences et des performances requises oblige le recours à des techniques de commande avancées en automatique surtout non linéaire. Les techniques d’analyse et d’estimation de paramètres ou de variables, d’observations d’état dynamique et de commande robuste sont étudiées et étendues pour les besoins d’applications innovantes. Nos explorations mettent en évidence plusieurs perspectives pour des applications de l’automatique et du diagnostic à la robotique, à l’automobile, aux engins mobiles et dans les systèmes autonomes. Nos recherches, dans ce domaine, sont organisées en trois axes : 1) L’auscultation, 2) Le pilotage, 3) La communication.

XLIM est une UMR de 350 personnes dont la moitié de permanents structurée en 6 départements et 4 axes transversaux. Son implication dans le projet déposé se fait par l’intermédiaire de l’équipe ‘Mécatronique’ du département MathInfo. Cette activité récente (créée en 2006) est maintenant forte de 8 permanents et 3 doctorants. Elle se développe en synergie avec les travaux en optimisation et en calcul formel d’XLIM/MathInfo.

Les axes de l’équipe ‘Mécatronique’ sont 1) estimation d’état et de paramètres et 2) optimisation de trajectoires et de commande. Les domaines d’application du premier axe sont i) la localisation de véhicules en milieu urbain par couplage serré de mesures satellitaires et de données géographiques et ii) l’observation d’état appliquée à la dynamique automobile et à la téléopération robotique. Ces activités concernant la mesure indirecte de variables d’effort nous ont amené à travailler pour la définition d’un roulement capteur d’efforts. Ce sujet qui a été l’objet d’un contrat cifre a été la première thèse de Mécatronique à Limoges, soutenue en 2008 et se prolonge actuellement dans le cadre d’une thèse concernant l’exploitation de ces nouvelles mesures pour les dispositifs d'aides à la conduite. A l’heure actuelle, nous sommes impliqués dans un projet intitulé VOPAMP avec l’IRCCyN et le LaMI (appel d’offre ‘‘jeunes chercheurs’’ de l’ANR) et dans un projet ‘CiyVIP’ avec en particulier le LASMEA (appel d’offre ‘‘PREDIT/TSFA’’ de l’ANR). Ces deux projets ont été labellisés dans le Pôle de Compétitivité ViaMéca. Pour terminer, le laboratoire XLIM est labellisé ‘Carnot’.

L'institut Pascal (IP), Unité Mixte de Recherche (UMR 6602) entre l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, le CNRS et l’IFMA est issue du regroupement en 2011 de plusieurs laboratoires dont le Lasmea (LAboratoire des Sciences et Matériaux pour l'Electronique, et d'Automatique) . La participation de l’IP au projet ActiSurTT concerne plus précisément l'équipe ROSACE (Robotique et Systèmes Autonomes ComplexEs) de l’axe « Image, Systemes de perception, robotique ».

L'équipe ROSACE est active sur la problématique de la mobilité en milieu tout-terrain depuis plus de 15 ans : initialement axés sur la synthèse de lois de commande pour le guidage d'engins agricoles, les travaux ont été élargis à la synthèse d'observateurs pour estimer les conditions d'adhérence et ainsi étendre les possibilités des lois de commande quel que soit le véhicule tout-terrain, et plus récemment à l'évaluation et à la prédiction des risques de renversement dans le but d'améliorer la sécurité de véhicules légers de type quad. Ces développements, qui peuvent donc contribuer au projet ActiSurTT, sont basés sur des techniques de linéarisation exacte, totale ou partielle, des modèles d'évolution non-linéaires des robots mobiles.

Ces travaux sont conduits en relation étroite avec l’équipe TEAM de l’Unité TSCF d’Irstea et participent aux activités du Labex IMOBS3 – laboratoire d’excellence sur la mobilité innovante qui rassemble depuis 2011 les laboratoires clermontois publics travaillant sur les véhicules intelligents (pour la ville, pour les milieux naturels…).

http://ip.univ-bpclermont.fr/

MSA

(Mutualité Sociale Agricole) est un organisme privé chargé de la gestion de la protection sociale de l’ensemble de la population agricole (exploitants, employeurs, salariés et de leur famille) soit plus de 4 millions de personnes. Sa spécificité est d’offrir sur un même guichet :

  • une protection sociale globale : santé, retraite, famille et accident du travail ;

  • un appui sanitaire et sociale : animation du milieu rural, éducation et prévention sanitaire, accompagnement des catégories fragiles ;

  • des services médicaux : médecine préventive, contrôle médical ;

  • un service santé sécurité au travail : prévention des risques professionnels, médecine du travail.

Ce dernier service a pour objectif d’améliorer les conditions de travail des actifs agricoles et de diminuer les accidents ou maladies liés à l'activité professionnelle. Le projet ActisurTT s’inscrit dans ce cadre. Il symbolise en effet dans son objectif un parti pris essentiel de l’action de la MSA en matière de prévention des risques professionnels : agir le plus en amont possible.

L’analyse des déclarations d’accidents du travail, les enquêtes qu’elle est en mesure de mener sur le terrain, l’appui de son réseau d’experts pluridisciplinaires (ergonomes, agronomes, machinistes…), constituent les sources d’informations essentielles que la MSA apportera au projet pour mieux comprendre les phénomènes de renversement. De plus, sa bonne connaissance des populations et des filières agricoles ainsi que des modalités d’utilisation des matériels spécifiques à ces filières sont autant d’atouts pour la réussite du projet.

Par ailleurs, fort des travaux menés en 2010 dans le cadre de la campagne d’informations sur le risque « renversement de tracteur » dont elle est à l’initiative, la MSA dipose aujourd’hui d’un niveau d’expertise reconnu en matière de stabilité des engins agricoles.

Dans le cadre de ce projet, la MSA sera représentée par sa Caisse Centrale, la CCMSA (Caisse Centrale de la Mutualité Sociale Agricole).

Cetim Le Centre Technique des Industries Mécaniques est un institut technologique sous tutelle de l’état piloté par les industriels de la mécanique. Sa mission porte sur l’innovation et l’amélioration des performances des PME mécaniciennes. Le CETIM est un institut Carnot et  travaille en synergie avec le monde de la recherche au travers de 7 laboratoires communs avec des universités ou le CNRS. La mécatronique fait partie des axes technologiques prioritaires du CETIM, ce qui se traduit notamment par l’existence d’un pôle dédié à cette thématique (Mécatronique Transmission et Capteurs) réparti sur les sites de Senlis (60) et Annecy (74). Les systèmes mécatroniques notamment d’aide à la conduite et de prévention des risques  pour  les engins mobiles (machines agricoles et engins de travaux publics) représentent un axe de R&D important au CETIM. Le CETIM dispose en particulier d’une expérience sur les systèmes de détection d’obstacles, sur le développement de centrales d’attitude, sur la réalisation de mesures d’efforts et de couples, sur le développement et l’intégration de capteurs sans fil et sur des systèmes actifs d’aide à la conduite d’engins de travaux publics et de levage. La synergie de compétences technologiques, méthodologiques et réglementaires ainsi que sa proximité avec plusieurs constructeurs d’engins mobiles permettent au CETIM d’être un acteur pertinent de ce projet.

AXEMA (Union des Industriels de l’Agro-Equipement) est l’organisation professionnelle qui rassemble les entreprises qui opèrent sur le marché français des Agro-Equipements. Axema a trois missions principales : l’appui au commerce international et particulièrement à l’exportation, la production de données économiques (statistiques de productions et d’échanges), la veille technologique et la promotion des meilleures solutions techniques des ses adhérents dans les cercles réglementaires et normatifs français et internationaux. Axema est particulièrement engagée dans la normalisation européenne : Présidence du Comité technique CEN TC 144 « tracteurs et machines agricoles » et animation du groupe « machines mobiles » de ce comité. Axema est un membre actif de CEMA (Comité européen du machinisme agricole), interlocuteur permanent de la Commission européenne pour les réglementations harmonisées notamment celle concernant tracteurs agricoles, bruit, vibration et environnement. Axema participe à l’élaboration des programmes du CETIM au sein de sa commission machinisme agricole et de son comité engins mobiles et dialogue régulièrement avec le Cemagref.

Phimeca Engineering est une société de conseil en ingénierie fondée en 2001 par le Pr. Maurice Lemaire et le Dr. Maurice Pendola pour la valorisation industrielle des méthodes innovantes de fiabilité des structures développées au Laboratoire de Mécanique et Ingénieries (LaMI) de l’Institut Français de Mécanique Avancée (IFMA) situé à Clermont-Ferrand.

La société compte au 1er Janvier 2010 29 personnes (dont 16 docteurs et ingénieurs et 3 doctorants) répartis en deux pôles : le pôle Ingénierie Systèmes est spécialisé dans la conception de produits et de machines industrielles spéciales, avec une compétence particulière en sûreté de fonctionnement, sûreté nucléaire et soutien logistique intégré. Le pôle Calcul Scientifique, Incertitudes, Informatique rassemble des compétences uniques en France en traitement des incertitudes dans la simulation des phénomènes physiques et des processus industriels. Cette activité, qui s’appuie sur la statistique et les probabilités, et qui est le cœur de métier de Phimeca depuis sa création, est fortement liée à la recherche académique nationale et internationale en fiabilité des structures et mécanique probabiliste.

En tant que PME, l’objectif de Phimeca est d’élargir son spectre d’action à des domaines hors de la mécanique des structures, qui est sa compétence originale. A ce titre, Phimeca s’intègre dans des projets de recherche cofinancés par l’ANR dans des domaines variés (génie civil – projet MIRADOR, fatigue des matériaux – projet APPROFI, électromagnétisme – projet KIDPOCKET), où la société apporte sa vision transverse de l’ingénierie des incertitudes.

La participation au projet ActiSurTT constitue pour Phimeca une opportunité pour faire connaître ses compétences en incertitudes d’abord aux partenaires du projet, et plus largement aux clients potentiels des livrables, c'est-à-dire les industriels des machines agricoles, et leurs sous-traitants. Les compétences développées dans le cadre du projet (notamment sur le métier de la conception et de la fabrication de matériel agricole) seront utiles au développement de l’activité de Phimeca dans ce domaine.

Ce projet mobilisera par ailleurs les deux pôles d’activité de Phimeca (incertitudes d’une part, conception et sûreté de fonctionnement d’autre part) et aura à ce titre un rôle fédérateur pour les ingénieurs de la société.

Gregoire SAS. L’Entreprise GREGOIRE a été créée par Monsieur Edmond GREGOIRE à Saint Martial sur Né (Charente Maritime) et fabriquait de petits outillages destinés à la viticulture. En 1970, l’Entreprise s’installe à Chateaubernard (Charente). En 1984 : Monsieur James GREGOIRE, fils du fondateur prend la présidence de l’entreprise GREGOIRE S.A. et réalise le premier prototype de machine à vendanger automotrice.

Aujourd'hui, GREGOIRE offre une gamme complète de matériels pour la mécanisation du vignoble pré-tailleuses, broyeurs, rogneuses, effeuilleuses, épampreuses, pulvérisateurs et machines à vendanger ainsi que des machines à récolter les olives.
Nos produits sont le fruit de 40 années d’expérience partout dans le monde et d’une proche collaboration avec nos clients pour l’élaboration de nos matériels. Nous commercialisons nos produits dans plus de 25 pays dans le monde.

Poclain Hydraulics. Le Groupe Poclain Hydraulics (PH), société française à capitaux familiaux, a été créée en 1985. C’est l’ancienne filiale hydraulique de la société Poclain qui a été leader mondial de la pelle hydraulique dans les années 70. La société (dont le siège social, la R&D et l’usine principale, se situent à Verberie dans l’Oise) est présente dans le monde entier avec 1200 salariés répartis dans 7 usines et une vingtaine de filiales commerciales. Aujourd’hui PH est spécialisé dans l’offre de transmission hydraulique qui assure le déplacement d’engins mobiles utilisés en Agriculture (récolteuse, pulvérisateur…), travaux publiques (compacteur, chargeuse, pelle…), manutentions (chariot élévateurs…) et plus récemment pour le marché « On Road » en particulier en milieu urbain (camion, bus, balayeuse…). Cette transmission qui transfert la puissance du moteur thermique aux roues, est réalisée par des composants (pompes, moteurs, valves, actionneurs et calculateurs) conçus et réalisés par PH. La technologie des moteurs, spécialité de PH, utilise des cames multilobes et des pistons radiaux dont la particularité est de fournir le couple directement à la roue sans l’intermédiaire de réducteur mécanique. Dans le domaine agricole, les particularités des machines équipées (ex : vendangeuses ou pulvérisateurs) sont des charges lourdes et variables, un centre de gravité élevé, des pentes franchissables importantes, des adhérences souvent réduites et très variables et des vitesses sur routes de plus en plus élevées. Toutes ces conditions rendent ces machines particulièrement sensibles aux problèmes de retournement mais aussi rendent le contrôle de la motricité assez délicat à gérer et peuvent donc amener, dans les cas extrêmes, à des pertes totales d’adhérence (effet luge). Les développements prévus dans cette étude doivent donc permettre à PH de mieux maitriser la motricité des machines dont elle assure la transmission dans toutes les conditions de fonctionnement. Le savoir-faire spécifique de PH dans la transmission de l’ensemble des machines concernées et sa connaissance de leurs conditions de charge et de fonctionnement contribueront, au sein du consortium, à la réalisation d’un système exploitable permettant de rendre les machines plus productives dans les meilleures conditions de sécurité.